23/09/2006

Les lobby pharmaceutique

L’industrie pharmaceutique prise en flagrant délit de pratiques douteuses dans ce document, Mourir pour des médicaments, qui glace le sang.

02:32 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les 35h et les methode du patronat!

un film social interessant et triste a la fois .

01:29 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/09/2006

Horreur: Le business des mouroirs:

Suite au trois mois de stage, j'ai fait une depression, mon role etant celle d'animatrice!Mais quand l'infirmiere vous dit de mettre la personnes sur la chaise (une malade senile), de lui mettre le plateau (ceux ci se bloquent et servent de plateaux repas et de bavoir accessoirement), et que la personnes reste assise de 10h du mat (voire 8h30 pour certain, on reveille les personnes agées le matin pour le bain, les medocs avec direct service du ptit dejeuner) et qu'on ne les en retire que vers 16-17h, heure du bain , je vous jure que vous vous posez la question sur le respect de la vie humaine!Conseil, ca choque et pourtant je confime, la faute a deux facteurs: le peu de personnel (ha oui, ca coute d'engager) et aussi le profit a tout prix, parfois en faisant payer les medicaments plein pots, soit j'arrete ca me degoute et ca me donne envie de vomir.....

20:32 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Echelon Le pouvoir secret NSA:

film qui fait suite a France/USA la guerre economique secrete, car tres proches au niveau du theme.

20:30 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Cartable de Big Brother:

la vaste entreprise de démolition du système public ... Tout » d’éducation et de la culture (via la complicité active des médias). Comment, petit à petit, en influençant les gouvernements, les Etats et l’opinion, et en s’immisçant dans les moindres rouages de la vie sociale et intellectuelle, on en arrive à uniformiser le savoir, à appauvrir l’enseignement et à tuer dans l’œuf l’esprit critique ; comment on en arrive à confisquer le débat public.(mauvais son et mauvaise image malheureusement)

20:29 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

EUROPE / USA : LA GUERRE ECONOMIQUE SECRETE:

L'espionnage economique: L'Affaire Gemplus. Tres interressant..........Regardez CLIC CLIC

20:28 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La dictature de la pensée unique

Ce documentaire d'une durée de 52 minutes, regroupe les grands thèmes de la pensée unique: La dictature de Bruxelles, L'imposition du ... Tout » modèle Americain, Les dérives du Communautarisme, Le non-Débat du politiquement correct, La Délinquance des ghettos, l'echec de la Presse, La Démocratie censurée, et surtout les Mécanismes Infernaux de la Pensée Unique.Tres interessant car extremement realiste de l'etat actuel de l'europe!!!!1984 powaaaa...je trouve que ca donne la reponse de ce que devient la belgique et la france.

20:26 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CIA guerres secretes: 1989-2001

Le meilleur selon moi puisque prouve le fossé entre le peuple americain et ses dirigeants!

20:25 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CIA guerres secretes: 1977-1989

Suite du documentaire CIA guerres secretes.

20:23 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Documentaire : CIA guerre secretes: 1947-1977

Le plus longs des documentaires: puisque separé en 3 parties: William Karel ouvre la boîte de Pandore en recueillant et confrontant méthodiquement les révélations de personnages clés : anciens ... Tout » directeurs, sous-directeurs et officiers de la CIA et du FBI, membres du KGB, secrétaires d’État à la Défense, conseillers du président. Ces témoignages, illustrés par des images d’archives, retracent l’histoire de la montée en puissance et de la dérive criminelle de la CIA, qui s’est peu à peu détournée de sa mission de renseignement.Au programme: Khomeyni et l'Iran fondamentaliste, ’affaire des otages de Téhéran, monde devenu instable après la fin de la guerre froide, la CIA et le FBI s’opposent, Les attentats du World Trade Center, de la Tanzanie, du Kenya et du Yémen fonctionnent comme des révélateurs du danger islamiste mais rien ne sera pris en compte par les politiques US. On decouvre aussi que les attentats avait deja lieu mais que personnes n'as voulu ecouter: Ces 3 documentaires font suites au Monde selon Bush!CLIC IMAGE

20:22 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Documentaire: Le monde selon bush

j'avais vu ce film en DVD avec les films de Moore ( meme si je prends Moore pour un gros hypocrite: denonce la pauvreté de son pays, les problemes, mais roule en grosse bagnole et vole en jet privé!).Il y a des verités dans ce ptit film, les americains me feront toujours rire sur un point: hyper conservateurs, mais balancent des film hyper violents et du porno a tout va!Leur pays est un paradoxe complet.Bush est pour moi une continuation de Clinton, ceux qui ont les rênes sont en retrait.Meme si je regrette cette espece de denonciation evangeliste et certain partis pris, ce docu dresse un état des lieux de l’Amérique d’aujourd’hui : la prise du contrôle de la politique étrangère par un petit groupe d'hommes, les liens troubles entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, les abus de la loi Patriot Act au nom de l’état de guerre contre le terrorisme, le poids écrasant de la religion (qui a une forte puissance persuasive a contrario de chez nous en Europe( erreur: chretien mais fort pourcentage de protestant)) au sein même du gouvernement, et surtout celui de la corruption.VIDEO CENSUREE:DSL

20:18 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Documentaires: l'Europe maltraitée

Fait juste avant le fameux oui/non du traité constitutionnel Européenne, tres interessant car il tend a montrer que l'Europe, sous nos dirigeants tend a retirer les avantages sociaux existants et acquis a la sueur de nos anciens, pour faire de l'Europe, une economie de marché pur, hyper liberale.L'europe sacrifiant l'humain pour le materiel d'une elite, surement pas vous ou moi!retour au 19eme siecles, avec un ami, nous avions calculé que la vie humaine aujourd'hui vaut a peine 1E pour "ces gens là" comme dirait cabrel! CLIC SUR L'IMAGE

20:16 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/09/2006

l'activation fait la difference: chomage

"L'activation fait la différence" [20/09/06]Le chômage baisse davantage dans les groupes concernés par le plan d'activation, a annoncé le ministre de l'Emploi Peter Vanvelthoven.L'activation de la recherche d'emploi a débuté en juillet 2004, avec le groupe cible des moins de 30 ans. Depuis, le chômage chez les moins de 30 ans a diminué de 8%. Chez les 30-40 ans, qui ont été "activés" un an plus tard, le chômage a baissé de 6%. Chez les 40-50 ans, dont l'activation n'a commencé qu'en juillet, le chômage a par contre augmenté de 6%.Tout chômeur complets indemnisés (CCI) depuis au moins 15 mois (- de 25 ans) ou 21 mois (à partir de 25 ans) est convoqué à l'ONEM. Si les efforts fournis pour trouver un emploi sont jugés insuffisants, un contrat est conclu avec le chômeur. S'il ne suit pas ce contrat, une première sanction peut être appliquée, et un deuxième contrat est conclu. Ne pas suivre ce deuxième contrat peut conduire à une exclusion définitive.Jusqu'ici, 50% des chômeurs invités ont fourni des preuves suffisantes de leur recherche d'emploi. Dans ce cadre, 3.292 suspensions sont intervenues, et 392 exclusions définitives. Par ailleurs, sur la même période, 10.480 suspensions ont été imposées à des chômeurs n'étant pas engagés dans la procédure d'activation mais ayant refusé un emploi, ou une formation...sachant que les gens travaillerons soit dans des branches qu'ils n'aiment pas ou qui ne payerons pas assez (voir bruxelles, infos precedentes!), oui, le chomage baissera, mais en mettant une partie de ces gens dans la melasse!Certe fournir des preuves d'emploi n'est trop difficiles, mais cela depend aussi des moyens que la personnes possede: sans voiture, sans telephone, sans ordinateur, ca va etre un peu dur, sans parler que si la personnes gagne +-500E comme certain chomeur isolé, là, vraiment, je peux etre quasi sure que la personne aura tres peu de chance de trouver ou de prouver quoi que ce soit, sauf si ce sont des presentation directe devant employeur avec demande de preuves de l'entretien, mais encore faut il que le chomeur recoivent ces preuves!!!

01:26 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2006

les working poors : explication

Working poors : y’a pas qu’aux USA...17 janvier 2005Avoir un emploi ne permet pas toujours de s’en sortir, loin s’en faut. En 2001, environ un million de personnes travaillaient sans que leur activité leur permette de vivre au dessus du seuil de pauvreté. Le phénomène des « travailleurs pauvres » a fait parler de lui outre-Atlantique depuis les années 1970, en France depuis la fin des années 1990.En France, près d’un salarié sur six reçoit un salaire inférieur au Smic, soit 3,4 millions de personnes. On parle de bas salaire en dessous du seuil de 900 € net par mois [1]. Ce phénomène concernait 11 % des salariés en 1983 et 15 % en 2001. La croissance des très bas salaires (actuellement moins de 675 € mensuels [2]) a été encore plus rapide : de 5 % des salariés en 1983 à 10 % en 2001.Aux Etats-Unis, partage des salaires, en France, partage du chômage.Aux Etats-Unis, la forte proportion de bas salaires s’explique par un taux horaire très bas. Dans le cas de la France, c’est le développement des temps partiels qui est en cause. De nombreux salariés qui voudraient travailler à temps plein doivent se contenter d’un temps partiel imposé, essentiellement des femmes. Elles occupent 80 % des emplois à temps partiel, surtout dans l’hôtellerie, le commerce, la restauration, les services aux particuliers, avec des horaires extrêmement éclatés et décalés. Elles constituent l’essentiel des « working poors » à la française.L’Etat fabrique des « working poors »Le développement de l’intérim et des CDD explique aussi de nombreuses situations de pauvreté. La politique des différents gouvernements a amplifié ce problème : les « emplois aidés » qui fournissent aux entreprises une main d’œuvre grassement subventionnée sont des emplois à durée déterminée et à temps partiel.Le plan Borloo va dans ce sens. Le CI-RMA (Contrat d’insertion - Revenu minimum d’activité) est un contrat rémunéré au Smic horaire, de 20 heures hebdomadaires ou plus et d’une durée de six mois renouvelable deux fois. Soit pour 20 heures, un salaire de 20 % en dessous du seuil de pauvreté... Le « contrat d’avenir » (bien mal nommé !) est de 26 heures hebdomadaires rémunérées au Smic horaire conclu pour six mois et renouvelable cinq fois, soit un salaire de 5 % au dessus du seuil de pauvreté. Sans obligation d’embauche à la clé.La proportion de bas salaires aux Etats-Unis est de l’ordre de 30 %, mais elle s’est stabilisée depuis le début des années 1980. En France, cette proportion est de 15 %, mais elle ne cesse d’augmenter...Lydie GRIMALL’art et la manière de sous payerLa grève de la société Arcade, qui sous-traite le nettoyage de la chaîne hôtelière Accor, avait révélé une surprenante pratique : le temps de travail est calculé à partir du nombre de chambres nettoyées. Si la cadence théorique est de huit chambres à l’heure, une heure est inscrite sur la fiche de paye pour huit chambres faites. Ce qui revient à contourner le Smic en faisant fi du temps de travail réel des salariées.Chez Delta Diffusion, qui distribue journaux gratuits et imprimés publicitaires, les salariés doivent charger les prospectus dans une remorque attelée à leur véhicule personnel. Un travail non rémunéré, pas plus que le temps consacré à la confection des « poignées », les lots d’imprimés. Au total, témoigne un salarié, on peut travailler huit heures pour seulement 23 €.Chez Auchan électroménager, on a trouvé une autre combine : chaque fois qu’il vend un article, l’employé est crédité d’un nombre de points variable selon qu’il s’agit d’une cafetière ou d’un congélateur. A l’arrivée, son salaire dépend du nombre de points. Si le total n’atteint pas le Smic, Auchan verse un complément, mais il s’agit d’une simple avance. Sur un autre mois où le vendeur aura dépassé le Smic, il devra la rembourser.Working poor rime avec femme Partout dans le monde, et en particulier dans les pays occidentalisés ou en développement, les femmes sont le plus touchées par cette tendance : la persistance des working poors. Des gens qui travaillent pour rien...Aux Etats-Unis, selon le CEPR, un centre d'études basé à Washington, un travailleur sur quatre gagne moins de 8 dollars de l'heure. Les économistes les appellent les working poors, ou " travailleurs pauvres ". Ce sont principalement des femmes, qui, dans les pays occidentaux, sont touchées à 85% par le temps partiel. Car qui dit temps partiel, dit salaire partiel. Selon une enquête Caritas, en 1998, en Suisse, entre 250000 et 410000 personnes étaient confrontées à cette situation. En France, 3 millions de personnes gagnent moins de 3000F par mois. Ce sous-emploi induit de fait une forte précarité à long terme : moindre couverture sociale, faibles cotisations retraite... Non comptabilisées dans les chiffres du chômage, ces femmes n'ont pas de statut réel : elles occupent un emploi, donc sont considérées comme des travailleuses à part entière. Or, leur temps de travail est souvent flexible ce qui les empêche d'occuper, voire de postuler à un poste à temps plein. Ce qu'elles recherchent toutes. Car le temps partiel n'est pas, quoiqu'on en pense, un temps choisi. C'est un temps imposé. Les entreprises ont désormais toute liberté de faire des contrats d'une durée et pour un horaire qui leur convient. Ces femmes se retrouvent donc inéluctablement dans une spirale infernale dont elles sortent très difficilement et sont ainsi contraintes à la précarité puis à la pauvreté. Au Mexique, la population vivant en dessous du seuil de pauvreté est passée de 26 à près de 50 millions de personnes (soit la moitié de la population du pays). 23,6% des Mexicaines au travail ont un salaire inférieur au taux minimal. Comme toutes les autres, Américaines, Canadiennes, Françaises... elles sont sur-représentées dans les emplois sous-payés tels que les travaux domestiques ou les métiers indépendants d'appoint.Les obstacles structurelsLe projet de loi récemment adopté dans l'Etat de Washington exige des femmes bénéficiant d'un congé de maternité de retourner à leur travail ou d'en trouver un dès que leur enfant a atteint l'âge de trois mois. Les femmes qui ne se conforment pas aux règlements du Programme "WorkFirst" se voient prélever de l'argent sur leur chèque de salaire. Sa valeur continue à diminuer tant qu'elles n'observent pas ces règlements, jusqu'au moment où leur indemnité est éventuellement transférée à une autre bénéficiaire. Depuis Reagan, des lois limitent aussi les agences sociales dans leur capacité d'agir pour changer les lois qui affectent négativement les femmes. Par ailleurs, si ces agences sont ouvertement impliquées dans les organisations communautaires, ou se trouvent engagées dans des activités militantes pour le droit à la protection sociale, elles risquent de perdre leurs subventions fédérales.Ailleurs, les hommes de loi sont pour la plupart corrompus et la manipulation des législations pérennise le travail des enfants et l'exploitation des pauvres. Les politiques ne s'intéressent pas à la sous-formation des femmes et à leurs besoins spécifiques. La mise en œuvre de changements durables au niveau des systèmes sociaux et d'une politique de renforcement des capacités des femmes demanderait de profondes mesures que les hommes, au pouvoir, ne sont pas près de prendre. Tant que les femmes ne siègeront pas aux instances de prise de décision, l'évolution risque d'être lente.Comment ces femmes réussissent-elles alors à survivre ?La pauvreté extrême conduit à des situations irréversibles. En Inde, malgré la croissance économique du pays, les femmes, le plus souvent écartées de l'éducation, n'ont pas été concernées par les embauches dans l'industrie ou le secteur des services. Elles sont contraintes à la pauvreté, choisissent de réduire leur consommation de nourriture et renoncent aux soins de santé et à l'éducation. Et la boucle est bouclée. Souvent, les familles vendent leurs filles ou les marient en tant que secondes épouses contre paiement en argent. La plupart se livrent à la prostitution.Néanmoins, des organisations de femmes se battent contre l'insuffisance des ressources en matière de santé, l'interruption de la scolarité des fillettes pour qu'elles s'occupent de tâches domestiques, le travail contre un salaire inférieur au taux minimal, les femmes sans logis, le travail contre le gîte et le couvert seulement, le suicide des adolescentes, ... Par exemple, le Projet de Développement des Femmes du Tamil Nadu (TNWDP) en Inde a permis aux femmes pauvres de bénéficier de ressources, par exemple auprès des banques, qui leur étaient autrefois inaccessibles. Les principaux objectifs sont : constituer des groupes autogérés dans certaines zones où les salaires des femmes se situent en dessous de la ligne de pauvreté ; fournir une assistance active et assurer le suivi de l'action des femmes à travers des ONG, en matière de gestion des micro-crédits ; leur fournir également la formation et autres services nécessaires à leurs activités. Le projet a eu pour résultat de renforcer le lien entre les ressources et les femmes demandeuses, de développer les rapports de confiance, de donner une meilleure éducation aux jeunes filles, de réduire les taux d'infanticide en ce qui concerne les enfants du sexe féminin et d'accroître le sens de la force collective chez les femmes.Enfin, lors de la IIIe Conférence interparlementaire sur la sécurité et la coopération en méditerranée, organisée par l'Union interparlementaire à Marseille, du 30 mars au 3 avril 2000, la question de la lutte contre la pauvreté et l'exclusion a été abordée. En particulier, les conditions des agricultrices qui n'ont pas de statut et vivent des situations de pauvreté méconnue ont rencontré l'attention des participants. Soulevant les effets néfastes des programmes d'ajustement structurel sur les couches les plus vulnérables de la population, la Conférence a rappelé l'importance de l'apport économique des femmes. Elle a préconisé la mise en œuvre de programmes de micro-crédit pour des activités spécifiques dont les femmes seraient les principales bénéficiaires. Dont acte mais les beaux discours seront-ils suivis d'effets ? Il semble que l'immobilisme administratif généralisé ainsi que les politiques locales n'œuvrent guère en ce sens.Hors en Europe meme si elle sont protégée, les femmes subissent ce type de travail 60% plus fort que les hommes, sont aussi moins bien payée!!!Le phénomène des "working poors", autrement dit des travailleurs/euses dont le revenu ne leur permet pas d’échapper à la pauvreté, semblait il y a quelques années à peine limité aux Etats-Unis ou aux pays pratiquant le "néolibéralisme sauvage". Pourtant, à la faveur des politiques néolibérales d’austérité, d’augmentation des contrats précaires et de blocage des salaires, ce phénomène est aujourd’hui généralisé en Europe et ne cesse de se développer.Les études sur le phénomène des travailleurs/euses pauvres ont souvent été doublement limitées : il s’agissait soit d’analyses du marché du travail étatsunien, ou soit, lorsque l’Europe était prise en compte, d’une approche centrée sur la marginalité, comme s’il s’agissait d’un phénomène exogène, externe et indépendant du "bon" fonctionnement des rapports sociaux de production capitaliste [1] .Ce double aveuglement n’est pas anodin. Outre le caractère souvent idéologiquement orienté des études officielles ou universitaires, c’est également dû à l’illusion que le modèle "fordiste" de régulation du rapport salarial et du marché du travail qui a longtemps prédominé - et prédomine encore largement en Europe - constitue un rempart efficace contre l’exclusion et la précarité, assurant la "supériorité" du continent dans le domaine "social" face au modèle anglo-saxon.Il a fallu attendre la fin des années ’90 pour qu’un certain revirement commence peu à peu à s’opérer dans la prise en compte du problème. Car les données les plus récentes sur le phénomène en Europe font voler en éclat les belles certitudes : la majorité des personnes subissant la pauvreté vivent dans des foyers où il existe au moins un revenu du travail avec un contrat parfaitement légal. La pauvreté et la précarité se trouvent donc désormais au cœur du processus productif et des relations salariales et elles en constituent même un rouage essentiel pour le système.Les données en EuropeEn Europe, la progression des "working poors" a été fulgurante au cours de ces dernières années et elle se lit aisément dans les statistiques officielles de l’UE qui prennent pour base de calcul toute personne dont le revenu (y compris avec les aides sociales et après paiement des impôts) est inférieur à 60% du salaire médian. Bien entendu, il existe de multiples manières d’évaluer la question selon que l’on prend en compte le nombre de travailleurs pauvres par rapport au total des salariés ou de la population active (c’est à dire en âge de travailler) ; soit par rapport à la population totale, ou si l’on prend seulement en question ce taux par rapport au nombre total de personnes pauvres.Il y a 10 ans - ce qui démontre que le phénomène n’est pas tout récent - 9% des Européens pauvres avaient un contrat de travail. Mais pour rendre de compte de manière plus réaliste de la pauvreté salariale, il est préférable de prendre en compte toutes les personnes composant un ménage et non les individus puisqu’il arrive régulièrement qu’une personne obtienne un salaire qui lui permette individuellement de vivre au-dessus du seuil de pauvreté, ce qui n’est pas le cas si ce même travailleur avait plusieurs personnes sans revenu à charge. En prenant en compte cette distinction, le phénomène apparaît encore plus important ; pour cette même année 1996, c’est 13% des foyers où une personne au moins est salariée qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Par rapport à la population totale dans l’UE à cette époque, les working poors représentaient 3,6% de la population tandis que 10% des Européens vivaient dans un foyer salarié pauvre [2].En 1999, 6% des salariés européens vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit 7,8 millions de personnes [3] . En 2001, dans l’UE à 15 Etats-membres, ils étaient 11 millions de travailleurs/euses pauvres. En prenant en compte tous les membres des ménages des salariés pauvres, on arrive à 20 millions de personnes, soit 6% de la population totale. En 2004 (UE à 25 Etats-membres) le chiffre grimpe à 14 millions de travailleurs pauvres, soit 7% de la population totale [4].Il est également intéressant de noter que la progression des travailleurs pauvres a été, au cours de cette période, beaucoup plus importante que celle de la pauvreté en général. Ainsi, le taux de pauvreté dans les ménages sans emploi a crû de 0,16% tandis que celle dans les ménages avec au moins un travailleur a augmenté de 2,74%, soit 17 fois plus [5] !Les causesIl n’est pas nécessaire d’avoir un couteau entre les dents pour comprendre les causes qui expliquent le développement spectaculaire et l’ampleur du phénomène des working poors en Europe au cours des années 80-90. On peut les résumer à trois catégories, toutes trois liées à l’évolution néolibérale du capitalisme actuel :1. Comme l’admettent les documents officiels européens : "La faiblesse du salaire est incontestablement un facteur important de risque de pauvreté des travailleurs" [6]. L’austérité néolibérale appliquée depuis près de 30 ans s’est traduite par un quasi-blocage de la croissance des salaires réels pour les travailleurs qui ont connu, hors inflation, une croissance moindre que la productivité. Ce blocage s’exprime de manière frappante dans la part des salaires par rapport au PIB européen ; si ce dernier était de 75,5% en 1970, il est passé à 68,4% en 2001-2002 [7] Par ailleurs, on constate également la progression de la catégorie des bas salaires, qui représente 15% des salariés en Europe. En France, ce nombre est passé de 5% en 1983 à 9% en 2001.2. Au cours des années ’90, la part des dépenses publiques permettant de contenir ou de limiter les phénomènes d’exclusion et de pauvreté a elle aussi diminué du fait de l’austérité budgétaire, notamment imposée par les critères de convergence du Traité de Maastricht et par le "Pacte de stabilité" européen. En 1994, ces dépenses représentaient 26,2% du PIB européen pour descendre à 23,7% en 2000.3. Les réformes successives de dérégulation du marché du travail ont amené une flexibilisation et une précarisation accrues du travail, favorisant l’émergence et le développement de contrats de travail à durée déterminée, intérimaires et à temps partiel. Le travail a temps partiel est ainsi passé de 13% du total du volume d’emploi en Europe en 1985 à 18,2 en 2002 tandis l’emploi temporaire est passé sur la même période de 8,4% à 13,1%. Le développement de ce type de contrats est étroitement lié à l’émergence et à la progression du phénomène des working poors. Sans surprise, on constate que les travailleurs à temps partiel ou à durée indéterminée ont deux fois plus de risques de connaître la pauvreté que les travailleurs à temps complet ou à durée indéterminée [8] .La pauvreté salariée au fémininMême si cela n’est pas étonnant, il est important de souligner - car cela n’est pas dû au hasard - que le phénomène des working poors touche fortement les femmes. Même s’il n’existe pas encore de données chiffrées précises concernant la part des femmes parmi les travailleurs pauvres, l’évolution de la pauvreté salariale a clairement suivi une courbe quasi parallèle à celle de la part des femmes dans la population active, qui est passée de 39% en 1987 à 44% en 2002 en Europe.De plus, elles sont massivement salariées : 89% des femmes actives en Europe sont salariées contre 81% des hommes. A travail strictement égal, elles gagnent entre 4 et 5% de moins que les hommes, tandis que, dans la moyenne européenne et toutes professions confondues, l’écart salarial est de 23%. Elles elles représentent également pas moins de 75% des bas salaires et entre 80 et 90% des emplois à temps partiel qui, faut-il le rappeler, leur sont bien souvent imposés et qui constituent l’un des moteurs principaux du développement de la pauvreté salariée. Le fait que le phénomène des working poors concerne surtout les femmes n’est certainement pas non plus étranger à la lenteur tardive avec laquelle il a commencé à être étudié [9] .Working poors made in BelgiumEn décembre dernier, le "Livre annuel sur la pauvreté et l’exclusion sociale" publié par l’Université d’Anvers révélait que 15% de la population en Belgique, soit plus d’un million et demi de personnes, vivaient en-dessous du seuil de pauvreté fixé à 772 euros par mois pour une personne isolée. L’étude souligne également que 6% de la population active - pas loin de la moitié du nombre total de pauvres - sont des working poors. Des chiffres corroborés par l’Institut national statistique qui évalue le taux de pauvreté global à 15,2% et le celui des occupés à 6,4%...Ce chiffre est un peu moins élevé que la moyenne européenne (7%) car la Belgique connaît un taux de chômage élevé où se concentre la majeure partie des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté (32% des chômeurs vivent en dessous du seuil de pauvreté). Une proportion plus importante que la moyenne européenne de personnes en Belgique vit également dans des ménages sans emploi et leur risque de connaître la pauvreté est plus grand. En comparaison avec les autres Etats membres, la Belgique occupe également la troisième place en ce qui concerne le salaire minimum moyen (1.250 euros brut), bien qu’il soit nettement insuffisant.Le taux de syndicalisation et le poids des organisations syndicales plus importants que dans d’autres pays européens expliquent aussi que le phénomène n’atteint pas des sommets comme en Irlande, au Pays-Bas, en Grande-Bretagne ou en Espagne. Il reste malgré tout qu’il est certainement sous-estimé puisque, selon une enquête du "Soir", 29,5% des ouvriers affirment avoir des difficultés à "joindre les deux bouts" et 21,2% s’estiment "objectivement pauvres" !De plus, sa progression est importante et équivalente, tant en Flandre qu’en Belgique francophone. En 2001, le taux de travailleurs pauvres représentait ainsi 4% de la population active (soit +2% en 4 ans) [10] Les mêmes causes sont donc à l’œuvre qu’ailleurs en Europe et produisent - et produiront encore plus si on ne stoppe pas ces politiques - les mêmes effets. Au niveau des salaires en Belgique, ces derniers représentaient, avec les allocations sociales, 67% du PIB en 1980, contre 56% en 2005 [11] . La précarisation du travail a elle aussi spectaculairement progressé ; le temps partiel (dépassant ainsi largement la moyenne européenne), est passé de 10,4% en 1990 à 21,6% en 2003, le nombre d’heures de travail intérimaire a quant à lui explosé de 26,4 millions en 1985 à 129,2 millions en 2003 [12]. Sans parler de l’érosion généralisée et continue du pouvoir d’achat qui vient d’être estimé à 2,08% pour les salariés entre 1996 et 2005 [13] ! Dans ce contexte, l’offensive actuelle du patronat et du gouvernement contre les salaires et leur indexation est pour le moins indécente.Renverser la vapeur !Il est important de comprendre que l’extension du phénomène des working poors parmi les travailleurs/euses est étroitement lié à l’affaiblissement des rapports de force entre le monde du travail et le Capital. Car, pour la bourgeoisie, il s’agit d’introduire au cœur du processus productif un nouveau mode de régulation des rapports salariaux et du marché du travail. La fragilisation individuelle qu’induit le fait de survivre en dessous du seuil de pauvreté tout en ayant un emploi affaibli la capacité du travailleur, individuellement et collectivement à se défendre et à revendiquer.La lutte contre le développement de la pauvreté salariée passe bien entendu par un combat décidé contre ses principales causes : une augmentation salariale drastique de rattrapage et une indexation des salaires et des allocations conforme à la réalité couplée à un refus de l’extension du travail flexible et précaire. Cette orientation devant s’inclure dans le cadre d’une lutte d’ensemble contre toutes les politiques néolibérales dont l’unique but est de redistribuer les richesses en faveur des plus nantis et d’affaiblir le mouvement ouvrier.Ataulfo Riera- Source : La gauche n°20, février 2006 : www.sap-pos.org/fr/index.htmLes attaques contre le Code du Travail au cœur de l’offensive du patronat et du gouvernement contre les salarié·e·s, par Denis Seillat et Gérard Villa.La main-d’oeuvre américaine bat en retraite devant les forces de la mondialisation qui diminuent leur salaire et leur protection sociale, par David Streitfeld - Los Angeles Times.[ « Del­phi est simplement un point de combustion, un cas qui fera jurisprudence pour l’ensemble des orientations économiques et sociales qui vont au-devant d’une collision dans notre pays (Etats-Unis) et de tous côtés sur la terre. » Robert S. « Steve » Miller,patron de Delphi, octobre 2005.- Lire : USA : Delphi, un nouveau laboratoire d’une politique anti-ouvrière par Charles-André Udry..][ Le syndicalisme aux Etats-Unis est en train de vivre son étape la plus critique en un siècle d’histoire et ce au moment précis où les grandes entreprises de ce pays exercent une énorme pression afin de démanteler les conquêtes sociales et de bloquer les salaires.« Tout va très bien pour les riches dans ce pays, nous n’avons jamais été aussi prospères. C’est une guerre de classes, et c’est ma classe qui est en train de gagner ».Cette déclaration on ne peux plus claire a été faite par l’homme le plus riche du monde, le spéculateur financier Warren Buffet.- Lire : Le rôle du travail aux Etats-Unis. La bataille pour les droits sociaux, par David Brooks.]Les travailleurs sans qualifications ont souvent des salaires bas, des conditions de travail pénibles, et ont peu d'opportunités de recevoir des formations qui leur permettraient de sortir de leur situation. Souvent, ils n'ont pas de temps libre pour se former, ni le loisir d'aller dans des bibliothèques ou suivre des études, et peu de chance d'obtenir des bourses d'études. Ainsi, contrastant avec l'idée commune d'un travail qui élève la personne, le travailleur pauvre n'a que peu de chance d'accéder à une promotion sociale.En 2004, l'essentiel des travailleurs pauvres dans les pays occidentaux occupaient des postes non-qualifiés ou peu-qualifiés. Dans de nombreux cas, ils ont des emplois partiels, qui requièrent tout leur temps, mais n'ont pas les avantages d'un contrat stable (CDI en France), ouvrant droit à l'Assurance Chômage (Assedic en France). C'est aussi le cas des personnes payés "au noir". Ce type de poste peut être qualifié d'emploi précaire ou d'emploi atypique.Les travailleurs pauvres vivent souvent au jour le jour, et les coûts inhabituels comme les coûts de santé, les frais scolaires, ou les loyers peuvent amener rapidement à la misère, avec des difficultés alimentaires directes.Les familles mono-parentales sont particulièrement exposées.L'accès au crédit usurier empire souvent les choses.

20:42 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pouvoirs d'achats en baisse

les belges plus pauvres donc, mais pourquoi ne font ils pas comme les Irlandais??? on a vraiment des politicards de m... Perte du pouvoir d'achat [24/01/06]Le pouvoir d'achat des belges a diminué sur ces 10 dernières années, et renforce le fossé entre les riches et les pauvres, indique une étude du CRIOC et de l'Observatoire du crédit et de l'endettement.L'indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 19% sur 10 ans. L'inflation a surtout touché la plupart des biens alimentaires et de consommation courante. Les salaires et allocations sociales sont bien indexées, mais selon l'indice santé, qui croît moins vite que l'IPC.Par ailleurs, la répartition proposée par l'IPC prend peu en compte la réalité de certains ménages, et pénalise les ménages défavorisés. Les couples et familles défavorisées perdent 3% de leur pouvoir d'achat, tandis que les fonctionnaires et les salariés en perdent un peu plus de 2%.Savoir plus :1996-2005: 10 ans de pouvoir d'achat... en baisse, sur le site du CRIOC

01:46 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nos voisins, les pauvres

Logement chez les ménages "pauvres" [23/02/06]Dans les ménages "pauvres", les locataires sociaux ont proportionnellement un revenu disponible (hors charges de logement) plus élevé, mais souffrent de manière plus fréquente de problèmes tels que les bruits extérieurs, le vandalisme et la criminalité dans la région, et un manque d'intimité, tant dans le logement que par rapport aux voisins.C'est une des conclusions d'une enquête de l'Institut pour un Développement Durable, qui a étudié la charge logement pour les ménages en risque de pauvreté, càd ceux dont le revenu mensuel est inférieur à 775 € par mois pour un isolé, 1.627 € par mois pour un ménage de 2 adultes et 2 enfants.L'étude indique également que le coût du logement et les problèmes liés au logement ou au cadre de vie immédiat sont généralement plus élevés chez les locataires que les propriétaires, les ménages jeunes que les plus âgés, et chez ceux qui ont un revenu disponible hors charges de logement plus faible.L'étude est téléchargeable sur le site de l´Institut pour un développement durable

01:45 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pauvreté: La nourriture

J'en suis le cas moi meme: si je vois que j'ai pas assez a la fin du mois pour payer, je ne mange plus que 1 repas tout les deux jours voire tout les trois jours pour economiser: Les ménages rognent sur la nourriture [09/03/06]Les ménages ont moins dépensé en nourriture qu'en 2004, indique la Fédération des distributeurs Fedis. Avec une facture de chauffage alourdie et le prix élevé du carburant, les ménages ont dû économiser sur d'autres postes.En matière de nourriture, le prix devient une donnée importante dans le choix des denrées alimentaires. La part de marché des marques propres aux grandes surfaces a d'ailleurs augmenté de 2% en 2005. Ainsi, les "marques propres" représentent près de la moitié de part de marché des surgelés (49,5%), et tournent autour des 40% en papeterie, aliments pour animaux et crèmerie. Seuls les secteurs des jouets, des loisirs, du bricolage, de l'habillement et des cosmétiques ont augmenté leur chiffre d'affaire.La tendance se confirme par l'étude de GFK, relevant une augmentation de 7,5% en un an des ventes dans le hard discount (Aldi, Lidl). Ces distributeurs représentent 20% des volumes achetés. Chaque semaine, plus d'un million de ménages franchissent l'entrée d'un de ces 600 magasins en Belgique.

01:43 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mysoginie: encore et toujours les femmes qui doivent s'occuper de tout a la maison

Les hommes se reposant de leurs dur labeur, mouai quand je vois les mecs d'aujourd'hui je me dit qu'ils ont pas grand choses a reposer sinon leurs 4 neurones: Difficile d'être une femme en ville [09/06/06]La vie quotidienne des femmes en ville comporte des difficultés spécifiques : sentiment d'insécurité le soir, manque d'aménagements pour les femmes enceintes ou avec landau, difficultés de jongler avec des horaires...Le ministre de l'Egalité des chances Christian Dupont a donc lancé un appel à projets pour octroyer une subvention de 7.000 euros à 10 projets visant à améliorer le quotidien des femmes en ville. Il s'adresse aux habitants des grandes villes et aux associations.La mobilité peut devenir un facteur d'exclusion sociale pour celles qui ne peuvent pas se déplacer en toute sécurité en ville. L'appel veut soutenir les initiatives favorisant la participation des femmes à la conception de l'environnement urbain, et proposant des aménagements publics renforçant la convivialité, le sentiment de sécurité et l'accessibilité dans les quartiers.L'égalité homme-femme a beaucoup évolué, mais le partage des tâches reste fort sexué, et les femmes doivent jongler entre les enfants, le ménage, leur profession et leurs loisirs. L'appel veut soutenir des initiatives gérant les rythmes de vie en ville, en prenant en compte les besoins spécifiques des femmes.

01:41 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

surrendettement: ASBL a Liege

Surendettement et crédit social [05/07/06]Dans le cadre de la lutte contre le surendettement, un nouveau Centre de référence en province de Liège a vu le jour.Les gouvernements conjoints wallon et germanophone ont approuvé la création d'un centre de référence, en collaboration avec le service de la Verbraucherschutzzentrale Ostbelgien (VSZ). La VSZ est un acteur reconnu dans la lutte contre le surendettement et est reconnu comme service de médiation de dettes. Afin de se faire agréer comme Centre de référence par la Région wallonne, les CPAS de l'agglomération liégeoise et de Verviers se sont regroupés pour constituer le "Groupement d'Initiatives pour la Lutte contre le Surendettement" (GILS), en collaboration avec la VSZ. L'ouverture est prévue pour septembre.La Communauté germanophone a également montré son intérêt pour l'expérience du crédit social en Région wallonne. Le crédit social est une expérience pilote, menée en Région wallonne, qui vise à permettre aux personnes à faibles revenus d'accéder à un crédit. Le crédit est accompagné dans un projet de reconstruction de vie. Lors de la séance, les gouvernements conjoints ont décidé d'examiner les modalités pratiques afin d'appliquer le crédit social à la communauté germanophone.

01:39 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vive les inegalité sociale

Compte bloqué pour enfant défavorisé [24/08/06]Joëlle Milquet a proposé, lors d'une journée d'étude de son parti, de créer un compte bloqué pour la formation d'enfants de familles défavorisées émargeant au CPAS.Ouvert au nom de l'enfant dès sa naissance, ce compte serait alimenté par le Fédéral, via par exemple le système d'allocations familiales. Aux 18 ans de l'enfant, le budget servirait à financer exclusivement les formations (stages, études supérieures) et les outils de formation (ordinateur...). Chaque bénéficiaire pourrait compter d'un capital équivalent à cinq minervals universitaires.Le compte d'épargne serait géré par le CPAS, en concertation avec les familles concernées. Le compte serait bloqué avec des droits de tirage sous forme de chèques formation. Le CPAS agirait comme un "coach" de la formation. La mesure concernerait 200.000 enfants.La présidente de parti compte ainsi investir avec des politiques en amont, avant les premiers accidents de la vie, pour tenter de les éviter.Encore une fois, cela est scandaleux car cela declare les parents pauvres comme de mauvais parents, de plus, cela conforte les gens a dire que ce sont des parasites mais en plus, que sois disant la situation sociale de ses familles ne s'ameliorerait pas!Encore une fois, une loi immonde contre les personnes desheritées et precarisée

01:17 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

petits chiffres du chomages:

Analyse du chômage complet [18/08/06]L'ONEM a publié une étude sur les allocations pour chômage complet. L'office de l'emploi a analysé les allocations complètes (mois complet) délivrées en avril 2006.Près de 8 chômeurs complets sur dix ont été admis sur base de prestations de travail, contre 20,8% sur base des études. Les chômeurs admis sur base d'un travail restent plus longtemps que ceux sur base des études. Après 5 ans de chômage, 13% des chômeurs avaient été admis sur base des études.Les cohabitants ayant charge de famille restent généralement plus longtemps au chômage que les autres cohabitants, les isolés étant dans la moyenne. Chez les cohabitants ayant charge de famille, plus de la moitié ayant été admis sur base d'un travail étaient encore au chômage après 5 ans, ainsi que 41% qui avaient été admis sur base d'études.Plus de la moitié (55%) des cohabitants ayant charge de famille ont perçu une allocation mensuelle se situant entre 800 et 900 euros. Il s'agit principalement de ceux étant admis sur base des études, les autres ayant une allocation supérieure. Chez les isolés, 49% perçoivent une allocation qui varie entre 700 et 800 euros.

00:01 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/09/2006

Travail forcé

Au lieu d'engager un chomeurs voila a quoi pense nos ministres envers les chomeurs, faut dire que un chomeurs c'est comme un SDF ca ne vaut rien, sinon que c'est un goufre a fric!Les chômeurs au travail obligatoire ? [23/08/06]Le parlmentaire Rik Daems propose que les chômeurs soient obligés de fournir un jour par semaine de travail utile à la communauté.Il estime en effet injustifié que les chômeurs obtiennent une allocation sans contrepartie à l'Etat. Il estime à 9 milliards d'euros les allocations versés par an. Un jour par semaine pour tous les chômeurs représenterait 25 millions de jours de travail. Pour coordonner l'affectation des tâches aux chômeurs, Rik Daems propose de créer une agence fédérale pour le service à la communauté.Pour tout l'argent que le contribuable met dans les allocations de chômage, estime le parlementaire flamand, il ne reçoit rien ou très peu en retour. Alors que les soins aux personnes âgées, l'accueil des enfants, l'environnement ou l'entretien des bâtiments manquent tellement de bras, conclut-il.

23:53 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mysoginie du milieu du travail

Etude sur la précarité des femmes [05/09/06]Salaires faibles, peu ou pas de formation continue, temps partiel, de plus en plus de travailleurs sont précarisés. Mais il semble que pour certaines femmes, la situation sur le marché du travail est plus difficile encore, indique l'Institut pour un Développement Durable.En 2004-2005, le salaire moyen des femmes atteignait 1.823 euros par mois, contre 2.475 pour les hommes. Il est vrai que les travailleuses sont 43% à être à temps partiel, contre 7,9% seulement pour leurs homologues masculins. Les femmes sont aussi presque deux fois plus susceptibles d'avoir un contrat temporaire.Plus d'un tiers des femmes sont occupées dans les secteurs public et de l'enseignement, contre 27% des hommes. Mais si 2/3 de ces hommes sont statutaires, moins d'une femme sur deux (48,1%) l'est.2/3 des travailleurs touchant des bas salaires (de 50 à 70 euros bruts par jour pour un ETP) sont des femmes. Ce salaire concerne 30% des femmes de 20 à 24 ans.Pourtant, excepté chez les plus de 50 ans, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur. Mais elles ont systématiquement des taux d'activités moindre, quel que soit l'âge et le niveau du diplôme.

23:51 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Suicide bis: normal vu que une bonne partie de la populace n'arrive pas au bouts du mois

Taux élevé de suicide en Belgique [11/09/06]Avec un taux de suicide de 23 pour 100.000 habitants, la Belgique se retrouve bien au dessus de la moyenne mondiale, située à 14,5 pour 100.000 habitants. En Belgique, 6 suicides par jour sont dénombrés.A l'occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide ce 10 septembre, le centre de prévention du suicide veut attirer l'attention autour de ce difficile et douloureux phénomène.Il n'existe aucun relevé officiel sur les tentatives de suicide. Néanmoins, on estime entre dix et vingt fois plus nombreuses les tentatives de suicides (TS) que les suicides "aboutis". De grandes différences existent selon le genre. Les hommes se suicident trois fois plus que les femmes. Les femmes privilégient le saut dans le vide, l'absorption d'une substance, tandis que les hommes privilégient des méthodes plus violentes comme la pendaison, les armes à feu ou les explosifs. On relève un taux élevé de tentatives chez les adolescents, et un taux élevé de suicide "abouti" chez les personnes âgées (après 75 ans).Au dela des statistiques, les théories sur le sujet sont contrastées sinon opposées. Néanmoins, l'OMS a définit des axes prioritaires, tels que la formation des professionnels de 1ère ligne (médecins...), la restriction d'accès aux produits pouvant provoquer la mort, la prise en charge des situations de crise...

23:48 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les working poors

Davantage de "working poors" [12/09/06]De plus en plus de travailleurs ont des difficultés de nouer les deux bouts, indiquent les 19 CPAS de la Région bruxelloise.Les "working poors" travaillent, mais leur revenus ne leur permettent pas de subvenir à leurs besoins. Pour la Conférence des 19 CPAS de Bruxelles, le phénomène n'est pas neuf mais touche de plus en plus de gens. Ces personnes s'adressent alors aux centres pour recevoir une aide complémentaire sous forme d'intervention dans le coût de l'énergie, l'octroi d'une carte santé, d'une aide au loyer. A cela s'ajoute le phénomène grandissant du surendettement. Les CPAS plaident pour l'octroi d'aides sociales en fonction des revenus et non plus sur base d'un statut (minimexé, chômeur).Ils indiquent aussi que l'intervention en faveur des plus démunis (625 euros pour un isolé) n'est plus suffisante, même pour survivre.30.000 personnes sont à charge des 19 CPAS, soit la population d'une petite commune bruxelloise, a rappelé Yvan Mayeur, président de la Conférence des CPAS et du CPAS de Bruxelles-Ville.

23:46 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

S.D.F: videos sur la vie d'un SDF qui a vecu 25 a la rue


S.D.F (1)
Uploaded by jeanmarc

S.D.F (2)
Uploaded by jeanmarc

S.D.F (3)
Uploaded by jeanmarc
Voila la vie d'un SDF

22:27 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

reglements de compte entre sans papiers

////////////// Deux blessés par balle en deux joursFRÉDÉRIC DUBOISlundi 11 septembre 2006, 02:00L es coups de feu ont claqué à deux reprises, ce week-end, sur le boulevard Jacques Bertrand à Charleroi. Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2h30, un homme s'est approché de deux individus qui discutaient sur le trottoir à proximité du café « Le Village africain ».Sans hésitation aucune, l'auteur a exhibé une arme de poing et tiré en direction du duo, atteignant l'une des victimes à la cuisse. Il a ensuite pris la fuite par la rue Turenne où une voiture l'attendait. Le blessé, un Palestinien de 17 ans en séjour illégal, s'est quant à lui écroulé au sol. Son interlocuteur a immédiatement appelé un taxi qui l'a transporté à l'hôpital Notre-Dame de Charleroi. La victime, dont les jours ne sont pas en danger, n'a pas souhaité faire de déclarations à la police locale, en charge de l'enquête.Et alors que les inspecteurs entamaient à peine leurs investigations, un fait en tous points similaires est survenu dimanche soir, vers 22 heures. De nouveau, un individu armé a tiré en direction d'un jeune homme en séjour illégal qui discutait sur le trottoir, non loin de l'endroit où, la veille, des coups de feu avaient déjà retenti. Et là aussi, la victime a été atteinte à la cuisse puis emmenée à l'hôpital Notre-Dame par un véhicule que des témoins ont réquisitionné. Interrogé, le blessé, qui se dit Irakien, ne dispose pas de papiers d'identité. Et comme la veille, l'intéressé n'a pas désiré collaborer à l'enquête ouverte par la police locale de Charleroi.Les pandores font évidemment le lien entre les deux affaires, au modus operandi identique. Les premières pistes s'orientent en tout cas vers des règlements de comptes entre illégaux pratiquant une activité illicite. Et vu la réputation du quartier, la piste du trafic de stupéfiants semble la plus plausible./////////////////////

09:32 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2006

Absence: dsl

Je pense que depuis quelque moi vous avez surement vu que j'etait tres absente et que le blog n'avancait plus???Normal, je suis assez occupée pour le moment sur divers projet donc voila !!!!Les articles viendront suivant la gravité ou les decouvertes, a bon entendeur a +++

13:58 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Google videos: L'autre guerre

Tout le monde je pense se souvient de la faillite de Metal Europ qui passa comme une Fleu en France????Ou encore cette meme entreprise il me semble ou filliale qui fit de meme en belgique avec l'appui et le soutient de la classe dirigeante???NON???Et bien je vous conseille de regardez ceci: Cliquez sur l'image

02:15 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/08/2006

Suicide

Quand les ennuis s'accumule, beaucoup deprime et a la fin peux venir l'idée du Suicide, parce que nous pensons souvent que la mort arretera la douleurs qui nous ronge, c'est ce qu'a du penser cet homme qui s'immola a charleroi, il y a peux:Maurice Gosset, pâtissier depuis 35 ans, s'est suicidé par le feu devant son commerceCHARLEROI "Comment a-t-il pu en arriver là ?" Hier, après le choc, la question était sur toutes les lèvres. Maurice Gosset, 65 ans, patron boulanger depuis 35 ans de la pâtisserie l'Iceberg à la rue Neuve, à Charleroi, est décédé après s'être immolé par le feu devant son commerce.La scène s'est déroulée en pleine rue commerçante de Charleroi, hier après midi, vers 14 h 30, alors que les passants sont nombreux : autant dire que toute la ville haute était ébranlée par ce geste désespéré d'une mort si brutale.D'après les témoignages recueillis sur place, Maurice s'est enfermé dans sa Citroën BX, garée juste en face de sa boulangerie, sans doute déjà fermement préparé à en finir. Son épouse venait de tourner le dos lorsqu'il est passé à l'acte. À la vue des flammes, l'épouse affolée s'est précipitée à la portière de la voiture pour tenter d'en extraire Maurice, transformé en torche humaine.Rien n'a pu entraver la dynamique fatale : ni son épouse accrochée à sa portière, ni les commerçants voisins arrivés avec des extincteurs, pas plus que les appels aux services de secours des passants horrifiés n'ont pu empêcher Maurice, enfermé dans son piège, de parvenir à ses fins.À l'arrivée, pourtant rapide des pompiers, il n'y avait déjà plus rien à faire : Maurice avait rendu l'âme dans la folie qui l'a emporté.Brûlée aux avant-bras, son épouse a été prise en charge par les médecins et transportée en état de choc à l'Hôpital civil tout proche afin d'y recevoir des soins et surtout une aide psychologique pour affronter l'horreur.Le haut de la rue Neuve, artère fréquentée, était bien entendu bouclé par la police qui venait de dresser un périmètre autour du véhicule calciné où restait la dépouille, cachée par des linges. Les policiers avaient d'ailleurs bien du mal à contenir les curieux attirés par la nouvelle de ce macabre spectacle.Dans la boulangerie, les employées bouleversées se soutenaient tant bien que mal, en pleurs, autour d'une table. Dans les magasins voisins, le choc, la tristesse le disputaient à l'incompréhension. On savait que le commerce de Maurice était à remettre, la pancarte À vendre accrochée à la façade ayant mis fin aux doutes. Mais Maurice semblait pourtant avoir gardé son sourire face à ses clients et ses voisins. Il était d'ailleurs connu pour sa gentillesse auprès de ceux qui l'abordaient. Même si, ces derniers temps, on le disait déprimé : les déboires paraissaient s'accumuler pour Maurice, à commencer par les ennuis financiers. L'activité de la rue Neuve n'étant plus aussi florissante que par le passé, comme le laissent supposer les difficultés d'autres commerces.Un motif ténu au regard de la violence de l'acte, d'autant plus que Maurice n'a laissé derrière lui aucune autre explication. Les victimes recoivent peux de soutient, souvent parce que l'on se preoccupe, plus de planquer les fauteurs de troubles et les malfrats, qu'on protege souvent plus que les victimes et autres.La justice a litteralement tournés, elle protege les terroristes, les violeurs, les braqueurs, qui souvent on detruits des vies, et qui souvent a la sorties, vont recommencer, laisse en cages, ceux qui veulent retourner a la vie normale, et laisse des pedophiles dans la nature, et apres cela, on viens nous dire que nous devons nous sentir en securités, et je ne parle meme pas du contexte economique qui joue enormement, en ce moment sur la vie de tout les belges!Belgique ou vas tu???

14:19 Écrit par Lal dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |