18/09/2007

« De l'emploi, il y en a »

Province. L'offre n'est pas satisfaite par la demande… La construction, la logistique, l'aide médicale, le travail du métal. Ces secteurs cherchent de la main-d'œuvre.

(sauf que ce sont soit des metiers tres dur dans lesquels ont est jamais sur d'etre payé (mon pere en a fait les frais aupres de 3 patrons qui n'ont jamais prevenus etre en faillite et se sont tirés avec le fric)

(Soit ce sont des metiers rapportants bien moins ou des filieres bouche trou, ne valant pas grand chose niveau salaires, ceci ne permettant pas de faire des projets a longs termes comme avoir une famille, des enfants,...)

 

/////////// 

Soudeurs, maçons, clarkistes, électromécaniciens, techniciens de laboratoire, magasiniers ou employés dans un call-center Dans la province de Liège, les offres d'emploi ne manquent pas dans ces secteurs. Ce qui fait défaut, ce sont des personnes prêtes à répondre à ces offres. Difficulté de recrutement, voire pénurie : cette situation contraste avec un indicateur de demande d'emploi (1), qui reste élevé en région liégeoise.

Ainsi, selon les dernières statistiques disponibles (celles du mois d'août 2007), l'indicateur de demande d'emploi est de 19 % dans l'arrondissement de Liège (23,98 % à Liège, 23,73 % à Seraing, 22,17 % à Saint-Nicolas, 20,77 % à Herstal) de 14,64 % à Verviers et de 12,75 % à Huy.

 « De l'emploi, il y en a », déclare Luc Lambert, qui a lancé ce mardi un nouveau portail local de recherche d'emploi, centré sur la province de Liège (lire ci-dessous). Un outil qui s'ajoute aux milliers d'annonces diffusées chaque année par le Forem. « Tout ce qui peut mettre en relation l'offre et la demande d'emploi est bon à prendre », explique Eric Demaret, directeur du Forem Formation de Liège. Constamment, le Forem adapte ses formations en fonction des besoins des employeurs. « Nous essayons de coller au mieux à l'offre d'emplois en développant des formations susceptibles d'avoir un beau taux de réinsertion ». La logistique, la construction (traditionnelle et mécanique), la technique de laboratoire ou encore le travail en call-center sont des secteurs où l'offre est forte. En outre, le Forem a développé un plan langues qui s'est traduit, à Liège, par 1.100 stages intensifs en 2006, essentiellement en néerlandais. « Nous préparons les demandeurs d'emploi pour le marché flamand ». Ainsi, ce samedi 29 septembre, deux autocars partiront de Liège pour le marché de l'emploi de Tongres, où les Liégeois pourront rencontrer des employeurs flamands.

 

En région verviétoise, deux secteurs manquent de main-d'œuvre : la construction et l'aide médicale. « Avec un taux de réinsertion des stagiaires de 73 % en 2006, on peut dire qu'à Verviers, il y a de l'emploi », déclare Maryse Servais, du Forem Formation. À titre de comparaison, le taux de réinsertion est de 70 % en région liégeoise. Parmi les nouvelles formations proposées par le Forem Formation de Verviers, celle d'assistant chef de chantier dans le domaine de l'eau. Parce que, autant dans le secteur public que privé, les chantiers relatifs à la distribution et à l'assainissement de l'eau ne vont pas manquer dans les prochaines années.

Néanmoins, comme le remarque Eric Demaret, les difficiles conditions de travail – rencontrées dans le secteur de la construction par exemple – rebutent certains. C'est pourquoi le Forem propose des remises à niveau qui permettent aux demandeurs d'emploi de se réorienter vers un autre métier.

09:51 Écrit par Lal dans société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.