10/09/2007

Tabassé a la batte de baseball

images

(10/09/2007)

Tentative expéditive de récupération de loyers : la propriétaire a envoyé deux hommes de main

MARCINELLE Le litige empoisonnait les rapports entre la propriétaire et ses locataires depuis pas mal de temps et, ce samedi, la propriétaire, excédée, a choisi d'utiliser les grands moyens. Comme elle ne parvenait pas à récupérer ce qu'elle estimait lui être dû pour l'habitation qu'elle avait mise en location à Marcinelle, elle a chargé deux de ses relations d'employer la manière forte pour "convaincre" les locataires de s'exécuter.

Samedi après midi, les deux hommes se sont présentés à Marcinelle. Le couple de locataires a ouvert la porte sans se méfier, puis a tenté de la refermer, au vu des battes de base-ball que tenaient leurs visiteurs. Il était trop tard : les deux exécuteurs ont poussé la porte et sont entrés, pour s'en prendre aux locataires, puis au mobilier. Des menaces, ils sont passés aux coups, tabassant les deux victimes. Ils ont ensuite saccagé une partie des meubles, le tout avant de se faire remettre... une reconnaissance de dette et non pas le montant des loyers impayés. Une fois la besogne accomplie, ils sont allés remettre en bonnes mains le document qu'ils avaient fait signer dans ces conditions bien particulières. Ils n'ont heureusement pas tardé à être dénoncés et, dimanche matin, la propriétaire commanditaire et ses deux hommes de main ont comparu devant le substitut de service au parquet de Charleroi.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il semble bien que le litige n'était pas récent. Il y a peu, la propriétaire s'était rendue à la police de Châtelet, pour s'informer sur la manière d'agir en cas de loyers impayés. Il lui a été conseillé d'en appeler au juge de paix. Sans doute la procédure lui a-t-elle paru trop lente et trop hasardeuse : elle a préféré utiliser les moyens que l'on sait. Et apparemment, les deux hommes qui ont agi samedi n'étaient pas les premiers à qui elle faisait appel : le trio a été entendu dimanche par le juge d'instruction Ignacio de la Serna, chez qui le dossier a été mis à l'instruction pour coups et blessures volontaires et extorsion avec violences. Quant aux locataires, sérieusement blessés, ils sont restés en clinique.

08:49 Écrit par Lal dans pauvreté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.