02/02/2007

Prison ferme pour un « coup de sang »

L e 14 mai 2005 en fin de matinée, les employés du CPAS (Centre public d'action sociale) de Rixensart virent arriver deux individus pour le moins éméchés.Frédéric A., décédé depuis lors, et Pascal Godfrin, 28 ans, revendiquèrent, une fois de plus, un logement dans des formes peu protocolaires.N'obtenant pas de satisfaction immédiate, Pascal braqua un pistolet sur la tempe de Marie-Claire, provoquant un sentiment de panique bien compréhensible.La police fut avisée de l'incident mais, dans un premier temps, elle ne recueillit que des témoignages neutres (« le ton a simplement monté »).Les langues finirent par se délier. Pascal avait « balayé » de son arme toutes les personnes présentes en les menaçant d'un « je vais vous buter » qu'il ne mit pas à exécution.L'arme, dont il avait mis le canon en bouche en appuyant sur la détente, était factice.L'avocate de Godfrin plaida la modérationA l'audience du tribunal correctionnel du 18 décembre dernier, le ministère public réclama sept mois de prison contre l'intéressé qui avait refusé de comparaître.De son côté, l'avocate de Godfrin plaida la modération pour le « coup de sang » de son client qui, peu après les faits, était allé présenter ses excuses.Le jugement a été rendu lundi dernier : six mois de prison ferme. possesiv

02:52 Écrit par Lal dans pauvreté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.