29/01/2007

TEMOIGNAGES DE SDF

PAUL : "Rester humain"Paul B. a cinquante-huit ans. Ancien ingénieur aux Ponts et chaussées, il a été marié pendant vingt-trois ans mais, suite à une dépression, il a tout perdu : son statut social, sa femme, ses quatre enfants… Il a tenu bon quelques mois, puis sa longue descente aux enfers a commencé, il y six ans et demi.Il m’a dit :« - Tu sais Jacques, je n’étais pas préparé à vivre ainsi. Mes parents étaient très à l’aise, moi-même j’avais une petite vie bourgeoise. Aujourd’hui, je survis mais, aussi bizarre que cela puisse paraître, ce qui me manque le plus c’est de pouvoir aller au théâtre, dans des concerts… J’adore la musique classique. J’arrive à me procurer des livres alors je me plonge là dedans, et j’oublie. »Avant qu’il ne parte, je lui ai demandé ce dont il aurait envie.Il m’a tout simplement répondu : « Rester humain Jacques, rester humain… »/////////////////////////////////////////////////////////////STEPHANE : "La société m’a oubliée il y a déjà des années, alors moi aussi je l’ai oubliée.. »Stephane B. a quarante-trois ans.Provincial, il est monté à la capitale pour chercher un emploi. Divorcé, ses deux enfants résident avec sa femme. Plus d'attaches, toujours pas de travail, Paris ne lui offre rien. L'alcool et la désillusion aidant, il s'est "installé" dans la rue.Il est bien passé par les centres d’urgence, mais il n’y a pas trouvé sa place. Aujourd’hui, il considère son avenir comme totalement bouché. Néanmoins, il me dit que dans la rue « il trouve toujours un coin pour dormir, un endroit pour manger ».Quand je lui demande s’il trouve que c’est une vie, il me répond : « La vie c’est de la merde, je n’attends plus rien d’elle ni de personne. La société m’a oubliée il y a déjà des années, moi aussi je l’ai oubliée.. »//////////////////////////////////////////////////////////////KADIROF : "Sans-papier à Paris, c'est toujours mieux que l'Ukraine"Nous avons comme promis mis un cahier à disposition, lors de notre sit-in quotidien place de la Bastille, pour recevoir leurs doléances des sans-abris. Si celui-ci n’a pas eu l’effet escompté : ils ont préféré nous raconter leurs galères...Kadirof K. vient d’Ukraine.Il y a cinq ans, il pensait voir son horizon s'éclaircir en France… Il a vite déchanté !Pas de papiers, pas de domicile, donc forcément la rue.Malgré tout, il a réussi à trouver un boulot au noir. Il travaille douze heures par jour, pour un salaire de 1100€. Ce qui lui permet de louer une chambre de bonne - interdite à la location car trop petite - pour 300€.Aujourd’hui il estime que, malgré ses conditions de vie et malgré la peur constante d’être reconduit à la frontière car ses papiers lui ont été refusés, il vit bien mieux en France qu’en Ukraine. Il est même fier de pouvoir envoyer 400€ par mois au pays.////////////////////////////////////////////////////////foxtaurshaman

15:49 Écrit par Lal dans pauvreté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.