16/01/2007

Davantage de chômeurs sans allocations

18/12/06 - Au cours des neuf premiers mois de cette année, plus de 16.000 chômeurs ont déjà vu leurs allocations temporairement suspendues parce qu'ils avaient refusé un emploi ou une formation qui leur étaient proposés. Le nombre de demandeurs d'emploi privés d'allocations a ainsi augmenté de 11% par rapport à 2005.L'information figure dans les quotidiens du groupe de presse flamand Concentra, c'est-à-dire notamment dans Het Belang van Limburg.Ces journaux précisent que le nombre de chômeurs temporairement privés d'allocations n'a jamais été aussi élevé qu'entre janvier et fin septembre derniers.Office de l(photo PhotoNews)Le directeur-général de l'Office national de l'Emploi, Theo Schollen, attribue l'augmentation du nombre d'allocataires sanctionnés à une meilleure communication des données concernant les chômeurs indemnisés."Les organismes régionaux de l'emploi (VDAB en Flandre, Forem en Wallonie et Orbem en Région de Bruxelles-Capitale) communiquent davantage d'informations sur les refus d'emplois émanant d'allocataires" ou sur les chômeurs qui ne sont pas en règle, précise Schollen."Il existe maintenant une procédure uniforme qui rend la circulation des informations plus efficace que par le passé".Nouvelle politique d'activationLa nouvelle politique d'activation pratiquée par l'Office national pour l'Emploi (Onem), qui contrôle les chômeurs, influence aussi cette augmentation des suspensions d'allocations.Onem(photo VRT)Depuis juillet 2004, l'Onem applique une politique sévère d'activation et suit notamment de près le parcours des chômeurs de longue durée.Ces derniers sont invités pour un entretien au cours duquel ils doivent apporter les preuves qu'ils ont effectué suffisamment d'efforts pour tenter de trouver du travail.Dans le cas contraire, ils reçoivent un accompagnement adapté pour accéder le plus rapidement possible à un emploi.Les chômeurs qui continuent à ne pas faire suffisamment d'efforts risquent ensuite de se voir privés d'allocations.Comment survivent-ils?Il n'est pas clair avec quels moyens financiers une grande partie des chômeurs privés d'allocations parviennent à survivre.Un sondage réalisé par l'Onem a révélé qu'environ 30% des allocataires sanctionnés ne figurent pas dans les banques de données de la sécurité sociale.Il est probable qu'ils survivent, le temps de la sanction, grâce à du travail au noir ou aux revenus de leur partenaire.medium_manga_demon.2

07:37 Écrit par Lal dans pauvreté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.